Les Hauts Fonds - Brest
Accueil Catalogue Manifestations Auteurs Commandes Liens

Catalogue

Vous trouverez ici un aperçu exhaustif de nos dernières parutions, dans les collections Poésie et Porte-Voix. Il est possible de passer commande en imprimant directement notre bon de commande. Les frais de port sont de 2,50 Euros pour toute commande passée par Internet.

Il est également possible de s'adresser au distributeur Comptoir du livre - SPE au 01.45.67.63.03 ou par E-Mail à l'adresse suivante : comptoir.spe[at]gmail.com (Par mesure anti-spam, veuillez supprimer la mention "_nospam" de l'adresse pour l'utiliser dans votre logiciel de messagerie).

CruciFiction

CruciFiction, d'Alain Le Saux. Juillet 2008, Collection Poésie,
format 130 x 205 mm, 96 pages, 12 euros.

Site Éditions Wigwam, septembre 2008 :

« Alain Le Saux emprunte des itinéraires chauds et sinueux. Des chemins de traverse pour aller de la mer à la ville mais également de soi à soi en passant par les autres, leurs paysages intimes, leurs façons si particulières de les donner (souvent sans s'en rendre compte) à celui (lui) qui sait les prendre, les filtrer et les recycler en leur transmettant la dose d'énergie qui leur manquait.
Livre vif, aux aguets, en équilibre sur un fil tendu au-dessus de la ville et de ses rues animées où vaquent flâneurs, agités et curieux portant, tous, cet invisible fardeau qui leur fait baisser la tête. »

Jacques Josse

www.wigwametcompagnie.net

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-0-9

Nombre d'exemplaires


On achève vien Auden

On achève bien Auden - De l'interprétation à la traduction, de Jean-Yves Le Disez.
Octobre 2008, 13 X 20,5 cm, 24 pages, 8 euros.

« Cet ouvrage d'un universitaire, familier des difficultés concrètes et théoriques de l'acte de traduire, offre le réel intérêt de synthétiser en quelques pages, dans un langage plutôt accessible, bon nombre de questions qui se posent aux traducteurs en les articulant autour d'un fil d'Ariane, traduire/interpréter. En tant que tel il intéressera tous ceux qui pratiquent la traduction, réfléchissent sur ses fondements, mais aussi tous ceux qui aiment à lire des traductions. (...) Pour conclure, le principal mérite de De l'interprétation à la traduction est de nous rappeler que la pensée, raisonnée ou plutôt intuitive, nourrit la traduction fidèle dont elle se révèle indissociable. »

Bernard M. J. Grasset in Littérales, numéro 6, automne 2009.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-1-6

Nombre d'exemplaires


Les fêtes sévères

Les Fêtes sévères, de Guy Cabanel.
Septembre 2009, 84 pages avec illustrations de Robert Lagarde, format 130 x 205 mm. 15 euros.

« Les poèmes qui composent Les Fêtes sévères, groupés en un seul recueil à l'origine, se sont trouvés partagés en trois ouvrages distincts qui en ont constitué l'édition initiale, à savoir :
 - Le volume intitulé Les Fêtes sévères paru en 1969 chez Fata Morgana à Montpellier comprenant les poèmes suivants : « La mort en vert » ; « Murène ma reine » ; « La source fuse, la montagne souffle » ; « À la dame noire » ; « Le passage fou » ; « En douceur torve » ; « Soleil forcé Machu Pichu ».
 - Le volume intitulé Illusion d'illusions paru en 1983 chez le même éditeur comprenant les poèmes « Plein vent » et « Le saut ».
 - Le volume comprenant l'ensemble des « Boucles du temps » et portant ce même titre, paru en 1974 chez Privat à Toulouse, collection « La Contre-Horloge » dirigée par André Rimailho.
Ainsi, Les Fêtes sévères retrouvent ici leur consistance originelle. »

Avant-propos de Guy Cabanel

Sur un tirage de 500 exemplaires, 20 comprennent une pensée poétique manuscrite de l'auteur. Prix : 30 Euros.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-2-3

Nombre d'exemplaires


Dans la roue du paon

Dans la roue du paon, de Guy Cabanel. Septembre 2009,
96 pages avec dix dessins de Jacques Lacomblez,
Présentation de Patrice Beray
format 130 x 205 mm. 15 euros.

Dans le premier numéro de la dernière grande revue surréaliste, L'Archibras, Jean Schuster écrivait en 1967 : « Guy Cabanel détient à mes yeux les clés du langage absolument moderne. Je ne doute pas qu'il ait trouvé quelques-uns des secrets qui introduisent à l'alchimie du verbe. »
Guy Cabanel a été publié aux éditions Privat, Losfeld, Fata Morgana, de 1969 à 1983. À l'animal noir, livre fondamental, salué par André Breton, a pu être réédité en 1992 par l'éditeur Patrice Thierry, qui proposa également un inédit du poète, Croisant le verbe.
D'autres ouvrages ont vu le jour dans des éditions confidentielles en France et en Belgique.
Le poète vit actuellement entre Saint-Lizier, en Ariège, et Toulouse.

Sur un tirage de 500 exemplaires, 10 comprennent un dessin original de Jacques Lacomblez (Prix : 100 Euros par exemplaire). Six exemplaires disponibles au 1 janvier 2010.

Extrait et la préface de Patrice Beray

ISBN : 978-2-9532332-3-0

Nombre d'exemplaires


La Baudunais

La Baudunais et autres poèmes de Bretagne/La Baudunais and Other Poems of Brittany, de Gordon Jarvie (Écosse).
Septembre 2009, édition bilingue, 64 pages, format 130 x 205 mm, 10 euros.

Ces poèmes sont inspirés par les gens et les paysages du pays de Redon. Ils ont été recueillis pour la première fois et traduits par Jean-Yves Le Disez, en collaboration avec l'auteur.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-4-7

Nombre d'exemplaires


Elle ne suffit pas l'éloquence

Elle ne suffit pas l'éloquence, de René Crevel. Avril 2010,
72 pages avec des illustrations de Jean-Pierre Paraggio et une postface de Michel Carassou. Sélection de textes : Patrice Beray.
Format 130 X 205 mm. 13 euros.

Avertissement
S'il est une figure du groupe surréaliste qui n'a pas filé d'oeuvre poétique spécifique, c'est bien René Crevel. à tel point que ses poèmes en vers ou en prose semblent se couler dans une oeuvre narrative prégnante tout à la fois inventive et discursive. Sans doute Crevel n'a-t-il pas souhaité donner à sa poésie davantage d'éclat que ce reflet mat et dur privé de ciel que charrient les fleuves des villes. Mais c'est précisément cette présence physique du temps dans ses poèmes, toute de violence existentielle, qui a instillé l'idée de ce volume. La trame éditoriale en est on ne peut plus simple. Il s'est agi de ne rien forcer. Le livre suit les publications séparées de Crevel de façon chronologique. Ce sont pour l'essentiel des textes de création, sans objet théorique ou réflexif : ses poèmes en vers (aisément identifiables, certains ont été prélevés dans des narrations), quelques autres en prose, tous textes qu'il a publiés à part en revue ou isolés de son oeuvre narrative parfois sous forme de « bonnes feuilles ». Tant René Crevel, fidèle en cela à la révolution surréaliste, a fait oeuvre poétique et non une oeuvre poétique ...

P. B. & A. L. S.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-6-1

Nombre d'exemplaires


Oblivionalia

Oblivionalia, de Fátima Rodríguez. Mars 2010. Traduit du galicien par Vincent Ozanam
64 pages, avec des gravures d'Anne-Sophie Gilbert et une préface de Maria Rosa Lojo.
13 euros.

« Musique dans le vide, celle de ces poèmes qui déchirent et suturent, qui ouvrent la porte arrière du temps, la mansarde du désir, les secrets et les trésors obscurs, pour faire jaillir le clair écho de la voix la plus primitive. »

María Rosa Lojo

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-7

Nombre d'exemplaires


D'ailleurs le désir

D'ailleurs le désir, de Jacques Lacomblez
Octobre 2010, 160 pages avec préface de Claude Arlan et des collages de Suzel Ania
Format 130x205 mm, 20 euros.

« Nul doute que Jacques Lacomblez est de ces "grands transparents" qu'annonçait André Breton dans ses prolégomènes à un Troisième Manifeste du surréalisme. Où on le retrouve en compagnie du poète Stanislas Rodanski, pour qui le "vrai sujet","ce n'est pas le fait de la rencontre humaine avec l'humain, mais la rencontre humaine avec les grands transparents", qui en sont d'autres formes, "réfléchies", selon le mot de cet autre grand complice, Claude Tarnaud. Car le vrai défi pour ces créateurs que requérait l'aventure surréaliste, dans l'après-guerre existentialiste, c'était d'échapper au sujet conscient, "enlisé", sartrien. Cet existentialisme sartrien qui venait de gagner sa guerre publique d'influence sur les idées contre le surréalisme d'André Breton.
Mais cette contre-histoire-là reste largement à écrire. »

Patrice Beray

Consulter un extrait

Nombre d'exemplaires


La Palude

La Palude, de D.G. Helder, Mars 201l, 136 pages, 16 euros.
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Vincent Ozanam - Édition bilingue.
Préface de Sergio Delgado, photographie de Daniel Garcia Helder.
Format 130x205 mm

« Pour comprendre l'époque, nous devons nous reporter dans les années 1990 en Argentine, c'est-à-dire la décennie du gouvernement de Menem. Helder publie alors El Faro de Guereño (1990) et La Palude (El Guadal, 1994) ; et commence à écrire Tomas para un documental (Prises pour un film documentaire), long poème publié partiellement, encore « in progress ». Dans son panorama de la poésie argentine contemporaine, Martín Prieto considère Tomas para un documental et Poesía civil de Sergio Raimondi comme « les deux grands poèmes du ménémisme ». Cela ne veut pas dire que nous nous trouvions face à une poésie partisane ; bien au contraire, il s'agit d'une poésie lucide qui garde ses distances par rapport au présent - ce que le péronisme ménémiste a fait avec la politique et la société argentine pendant ces dix années - tout en essayant de construire un nouveau regard. »

Sergio Delgado (extrait de la préface)

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-9532332-9-2

Nombre d'exemplaires


Chroniques animalères

Chroniques animalières (notes de philosophie naturelle), par Xavier Queipo. Octobre 2011. 104 pages, 16 euros.
Traduit du galicien par Vincent Ozanam. Illustrations de Fausto C. Isorna.
Format : 120x205 mm

« ... Fantaisie ! Libre, subversive, d'une poésie décalée : chatouillant de ses plumes légères le savoir établi, empathique et moqueuse, minant l'air de rien, toute prétention - bien humaine celle-là - à l'objectivité. Pour carnavalesques qu'elles soient, ces Notes de philosophie naturelle n'en sont pas pour autant surnaturelles, surréelles, voire surréalistes ... Sans viser au dépassement, par le haut, des limites de la réalité, elles en réinterprètent plutôt, jusque dans les moindres recoins, dans les anneaux de l'Ascaris nigrovenosa ou dans les fluides enzymatiques du Micromalthus debilis, les bizarreries constitutives, propices à une vision délicieusement absurde et à une lecture savoureusement anthropomorphique dont l'auteur pointe, beau joueur, les dérives tendancieuses. »

Valérie Nigdélian-Fabre, Le Matricule des anges, avril 2012.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-919171-00-2

Nombre d'exemplaires


Abalamour

Abalamour, par Paol Keineg, Mai 2012, 112 pages, format 130x205 mm, 16,50 euros.
Dessins de François Dilasser.

« Paol Keineg a publié son premier livre, Le Poème du pays qui a faim, en 1967. D'emblée, ce texte le fit connaître. On y décelait une puissance, un lyrisme, une énergie que l'on trouvait peu dans la poésie de langue française de l'époque. Il fallait traverser l'océan et aller prendre le pouls du poème du côté de chez Aimé Césaire pour trouver telle force, telle envie d'en découdre, telle impatience, tel chant, à la fois proche de l'oralité et servi par une écriture vive et précise. Très vite, d'autres livres suivirent. Des poèmes ouverts. À la fois fougueux et décapants. Portés par une langue qui allait assez rapidement bouger pour devenir plus concise, plus âpre, moins incantatoire qu'à ses débuts. Le poème se fait dès lors plus ramassé, plus compact, plus serré. Le lyrisme est passé au rabot. Ce qui ne l'empêche pas de rester nerveux, efficace, inventif et inimitable. »

Jacques Josse, Gare maritime, 2011

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-919171-01-9

Nombre d'exemplaires


La Vouivre encéphale

La Vouivre encéphale, d'Alice Massénat. Mars 2013. Couverture de Mireille Cangardel. Format 130 x 205 mm. 17 euros.

« (...) Toute en brisures et en bourrasques, en sarcasmes et en compliments, barbelée, harcelée, la poésie d'Alice Massénat est comme le vent sur les places fortes.
      Écoutez-la, et puis écoutez-vous. »

Pierre Peuchmaurd, « Écoutez-la » (1991), in Colibris et princesses, éd. L'Escampette, 2004.

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-919171-04-0

Nombre d'exemplaires


Désapparences

Désapparences, de Nestor Ponce. Traduit de l'espagnol (Argentine) par Monique Roumette. Illustrations de Guillermo Núñez. Postface de l'éditeur. Édition bilingue, 104 pages, format 130 x 205 mm. 17 euros.

Peu avant sa mort, Jorge Semprun demandait, à propos des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, « que les écrivains s'emparent de la mémoire de la mort, sinon elle n'existerait plus... qu'ils parlent pour tous ceux qui désormais ne pourront plus témoigner de la mémoire européenne de la résistance et de la souffrance ».

      C'est précisément ce que fait Nestor Ponce pour l'Argentine, assignant à chacun des quarante-cinq poèmes de Desapariencia no engaña (Désapparences) une date et un lieu, c'est-à-dire un des centres de détention clandestins de la dernière dictature militaire. Il prend ainsi en charge la mémoire de ses compagnons disparus, compagnons non nommés, ces quelque trente mille dont le général Videla bafouillait - en se déclarant avec un parfait cynisme apôtre des droits de l'homme et de la liberté - qu'ils « étaient inconnus puisque disparus ... Sans identité : ni morts ni vifs, puisque disparus ... » (Extrait de la postface)

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-919171-05-7

Nombre d'exemplaires


L'Aventure de la Marie-Jeanne

L'Aventure de la Marie-Jeanne ou le Journal indien, de Claude Tarnaud, avec des photographies de l'auteur. 172 pages.
Format 130 x 205 mm. Septembre 2013.
18 euros.

Initié en 1948, alors que le poète a vingt-six ans, au moment de l'aventure de la première revue surréaliste de l'après-guerre NEON, « c'est l'espace-temps d'une traversée unique que désigne de part en part L'Aventure de la Marie-Jeanne ou le Journal indien de Claude Tarnaud » (Pour chorus seul, Patrice Beray). Cette oeuvre-vie, qui forme le troisième volet de la tétralogie en prose de Claude Tarnaud (1922-1991), aurait dû paraître en 1965 aux éditions du Soleil Noir. Véritable projet de création collective dont la germination est capitale dans l'oeuvre de son principal instigateur, y associant entre autres les poètes Stanislas Rodanski, Ghérasim Luca, L'Aventure de la Marie-Jeanne ou le Journal indien prit des allures de naufrage quand Claude Tarnaud décida de renoncer définitivement à sa publication. Jugeant ainsi qu'il n'y avait d'autre choix pour échapper à la mystification littéraire de son époque, il a laissé le lecteur de tous les temps, par tous les temps, découvrir à contretemps ce « récit multi-composé », « signe qu'un nouveau méta-romanesque (mythique-vécu) est à venir ».

Consulter un extrait

ISBN : 978-2-919171-03-3

Nombre d'exemplaires


Pour chorus seul

Pour chorus seul, de Patrice Beray. Couverture de Michel Thamin. 72 pages.
Format : 120 x 205 mm. Octobre 2013. 14 euros.

« Un excellent essai qui défait nos histoires de « la poésie » pour ouvrir des historicités neuves : le contemporain est un mauvais moment à passer ! »

Serge Martin

ISBN : 978-2-919171-02-6

Nombre d'exemplaires


Osmonde - Objets de la nuit

Osmonde suivi de Objets de la nuit, de Jean-Paul Martino. Dessins de Jean-Pierre Paraggio, postface de Richard Walter.
84 pages. Format 130 x 205 mm. Février 2014.
16 euros.

Souvent présenté comme le disciple de Claude Gauvreau (1925-1971) qui, membre du mouvement des automatistes québécois, fut le créateur de l'exploréen, un langage visant à déconstruire la langue, qui aboutit à faire de la syllabe la seule unité de base, Jean-Paul Martino semble être passé en ombre pressée dans le paysage littéraire québécois animé et fiévreux des années 1950 et 1960.

Des deux uniques textes qu'il publia, que nous présentons ici, textes de jeunesse, si l'on veut, on appréciera le côté « poésie brute », et qu'au détour, par la bande et irruption, ils frappent, tant leur verdeur et leur inspiration sont décomplexées. Si l'enthousiasme, la fougue, l'appel à une osmose totale innervent un verbe jeune, c'est la fraîcheur comme la désopilance qui nous retiennent. Surprise sans partage. Martino ne s'embarrasse pas. À la manière de Picabia retracée par Bernard Noël, il « se moque de la signification comme il se moque du « poétique », ce qui ne lui interdit pas d'accepter l'une et l'autre quand ils se présentent sans avoir été recherché » (« D'un rire rageur », Mémoire du livre, Paris 2002).

ISBN : 978-2-919171-07-1

Nombre d'exemplaires


Dans les wagon-lits

Dans les wagon-cris, d'Olivier Matuszewski. Couverture de Jacqueline Trielen.
88 pages. Format 130 x 205 mm. Février 2014. 16 euros.

« Un autre point d'entrée, c'est le chant. Esquiver son propre refrain, changer ses notes "à chaque croisement" c'est sans doute ce qui sauve le poème de lui-même, d'une sérénité, d'une certitude qui provoqueraient de lui-même son irréparable naufrage. Une poésie insurgée ? Une poésie politique ? Certainement, contre la banalisation mortifère de la parole, du lien et du rite, la banalisation du vide. Tant de blablabla nous recouvrent, tant "d'amitiés" et de poésie bavardes, molles, et de troubadours de carnaval, occupent les jours de fête. »

Nathalie Brillant-Rannou, remue.net, été 2014

ISBN : 978-2-919171-03-3

Nombre d'exemplaires


Ma mort, reconnaîtra

Ma mort, reconnaîtra, de Guy Benoit. Octobre 2014.
Couverture de Tristan Bastit, fusains de Marc Girard. 104 pages, format 130 x 205 mm. 16 euros.

« Des textes brefs que l'on prend le temps de réfléchir au miroir de nos inquiétudes, de nos incertitudes, de notre volonté d'apprendre ce qui peut advenir et ce qui restera. On devine ici une sapience particulière instruite d'une vie exigeant la douceur ou la bonté ou une humanité allégée des barrières qui font de l'existence un cheminement truqué. Que le rêve s'accomplisse est assurément le meilleur voeu de Guy Benoit, un voeu impie, car dans les soubassements du poète se tiennent le Grand Jeu et Ulrike Meinhof, des feux qui appellent une autre vie, d'autres envolées passionnelles ici, ailleurs. »

Guy Darol, « Guy Benoit à l'appui du souffle », Salon littéraire, janv. 2015

ISBN : 978-2-919171-08-8

Nombre d'exemplaires


Vermeils

Vermeils, de Klaus Ebner. Octobre 2014.
Traduit du catalan par Vincent Ozanam. Préface de Fátima Rodríguez.
Couverture de Dominique Jézéquel. 17 euros.

« C'est un recueil d'une poésie dense, généreuse, inversement proportionnelle à la syntaxe qui l'étaye (aux vers on ne peut plus courts), réduite là encore à l'essentiel. « Vermeils » sont le sang, le vin, le cinabre, l'écarlate, le couchant. La vue scinde les couleurs sous la qualité du regard de l'auteur ou comme si lui-même les créait, à travers son prisme sensible ; pour en faire des nuances (de rouge) inédites. Même « le sommeil est regard furtif ». C'est par les sens que l'on se sent entier d'une certaine façon, porteur d'une célébration de chaque instant. »

Mazrim Ohrti, Poezibao, mars 2015

ISBN : 978-2-919171-09-5

Nombre d'exemplaires


Qui ?

Qui ?, de R. S. Thomas.
Mai 2015. Traduit de l'anglais par Marie-Thérèse Castay, Paol Keineg et Jean-Yves Le Disez.
Couverture de Mary Lloyd Jones. Format 130 x 205 mm. 18 euros.

« Les Gallois, flattés de cet intérêt, sont plus réservés et s'interrogent sur un auteur qui ne flatte pas l'image qu'ils peuvent avoir d'eux-mêmes. L'homme ne se livre pas, ne joue pas le jeu de la célébrité, envoie parfois promener les journalistes. Alors qu'on a fait de Dylan Thomas le prototype du poète gallois, exubérant, alcoolique, déclamatoire, R.S. Thomas écrit une poésie exactement à l'opposé : stricte, sévère, méditative. »

Paol Keineg, présentation

ISBN : 978-2-919171-10-1

Nombre d'exemplaires


L'Antimuse

Claude Cahun, l'antimuse, d'Anne Egger. Juin 2015.
Format 220 x 205 mm - à l'italienne.
Avant-propos de Richard Walter. 204 pages. 28 euros.
138 photos (dont 80 de Claude Cahun et Marcel Moore restaurées).

« En somme, vous allez lire un vrai roman. Et c'est bien de découvrir la vie de Claude Cahun ainsi. »

Richard Walter (Avant-propos)

ISBN : 978-2-919171-12-5

Nombre d'exemplaires


R. S. Thomas, poète de paradoxes

R. S. Thomas, poète de paradoxes, de Marie-Thérèse Castay. Octobre 2015.
20,5 cm X 12 cm. 24 pages. 7 euros

Marie-Thérèse Castay. Maître de conférences à l'université de Toulouse-le-Mirail, elle est une spécialiste de la littérature galloise, dont elle a traduit de nombreux poètes et romanciers. Entre autres publications, on lui doit Poésie galloise d'aujourd'hui, une anthologie parue aux éditions des Écrits des forges (2008).

ISBN : 978-2-919171-16-3

Nombre d'exemplaires


Un enterrement dans l'île

Un enterrement dans l'île, par Hugh MacDiarmid, 17 euros.
Juillet 2016. Sélection de poèmes traduits de l'anglais par Paol Keineg. Couverture de John Bellany

Hugh MacDiarmid (1892-1978), tenu pour le plus grand poète écossais du siècle dernier, compte parmi les grands modernistes, à l'égal de T. S. Eliot et Ezra Pound. Ses premières oeuvres paraissent en écossais (scots) – à ne pas confondre avec le gaélique –, puis, sans l'abandonner complètement, il écrit surtout en anglais. Tout de suite il bouscule la scène littéraire et politique, en raillant le provincialisme écossais, en attaquant la frilosité et le conformisme universitaires, en faisant sauter le compartimentage des savoirs et des genres.

Son oeuvre, considérable, a fini par être reconnue en Écosse et dans le monde anglophone – même en Angleterre, parfois à contrecoeur. Cependant, si des poèmes de MacDiarmid ont paru en français en revue et dans une anthologie, aucun recueil ne lui a jamais été consacré. Paol Keineg, désireux de corriger cette anomalie, a entrepris de présenter un choix de ses poèmes.

ISBN : 978-2-919171-14-9

Nombre d'exemplaires


Leçons de vertige

Leçons de vertige, par Joan Margarit. Anthologie établie par Noé Pérez-Núñez. Poèmes traduits du catalan. Couverture de Claudine Griffoul. 17 euros.

Joan Margarit est né à Sanaüja (La Segarra, Lleida) en 1938. Architecte de formation, il fut professeur (en calcul des structures) à l'école supérieure d'architecture et de technologie de Barcelone. Il écrit à la fois en catalan et en espagnol.

« L'oeuvre de Margarit nous donne deux leçons dignes d'être retenues : une oeuvre longue peut être une oeuvre d'excellence maintenue ; la poésie n'est pas qu'affaire de jeunesse. »

D. Sam Abrams

L'oeuvre de Joan Margarit, abondante (13 recueils), a été traduite en anglais, en allemand, en russe, en h&eaucte;breu, en portugais. Leçons de vertige est le premier livre à paraître en France.

ISBN : 978-2-919171-11-8

Nombre d'exemplaires


Mentions légales

Les Hauts-Fonds Éditions
© Les Hauts-Fonds
Collections Poésie et Porte-Voix

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !